Skip to main content

Dans les zones rurales, la gestion des systèmes d’approvisionnement en eau est en général prise en charge par des organisations communautaires. Si ce dispositif a permis de réaliser de réels progrès en matière de fourniture de services, il a aussi ses limites : les communautés sont souvent confrontées à des problèmes d’ordre technique ou financier qu’elles ne peuvent résoudre elles-mêmes, faute de capacités. Ces dix dernières années, des efforts considérables ont été consentis pour aider ces organisations communautaires à se professionnaliser, en leur apprenant par exemple à sous-traiter certaines tâches à des spécialistes rémunérés, et à adopter de bonnes pratiques commerciales tout en gardant leur statut d’organisme à but non lucratif.

Nous nous intéressons à toutes ces organisations : les différents types de prestataires de services, les institutions et autorités et les entités d’appui.

Par ailleurs, les prestataires de service peuvent aussi obtenir l’appui de différents individus ou organismes tels que des associations de mécaniciens de pompes manuelles ou des techniciens municipaux. Ce genre de dispositifs de soutien a un impact positif évident, mais soulève également différentes questions : quel type de dispositif est le mieux adapté à quelle situation, et comment financer les activités d’appui ? Dans certains cas, l’appui devient si important et coûteux qu’il vaut mieux envisager un autre modèle de prestation de services, par exemple en faisant appel à un opérateur privé. Dans le cas de très petites communautés dispersées, la gestion par les ménages dans le cadre d’une approche d’auto-approvisionnement pourrait être plus appropriée. Il en est de même pour l’assainissement individuel, qui est par définition un problème familial.

Les prestataires de services bénéficient d’un appui, mais doivent aussi être régulés, suivis et contrôlés. Ces fonctions sont remplies par l’autorité locale, également connu comme maître d’ouvrage, qui est en général une municipalité ou une commune. Celle-ci fixe les règles locales auxquelles est soumise la fourniture d’eau et supervise le service. Elle a également pour tâche de planifier et mettre en œuvre les systèmes d’eau. Or, bien souvent, ces autorités locales n’ont pas les capacités requises pour exercer adéquatement leurs fonctions et sont elles-mêmes demandeuses d’appui. Il peut s’agir d’une assistance technique fournie par le gouvernement national, ou de la mise en commun de ressources et de capacités avec d’autres autorités locales.

Nous nous intéressons à toutes ces organisations : les différents types de prestataires de services, les institutions et autorités et les entités d’appui. Et nous portons une attention particulière aux innovations de ces dispositifs institutionnels et à l’impact qu’elles ont sur la pérennité des services, ainsi qu’à leur coût.

Plus sur Appui local