Skip to main content

Or, ce qui fonctionne dans une situation donnée ne fonctionne pas forcément ailleurs. Il s'agit de trouver, pour chaque contexte, la bonne répartition des ressources en eau entre les populations, l'industrie et l'environnement.

Dans certaines régions, les ressources en eau sont rares à cause d'une grave pénurie d'eau. Par exemple des zones de terres arides où la pluviosité est faible et les ressources en eaux de surface et souterraines sont limitées ; des endroits où les ressources ont été surexploitées et où les aquifères et les rivières ne peuvent plus satisfaire la demande toujours croissante, et sont même à l'origine de rivalités et de conflits.

Comment gérer l'approvisionnement en eau du grand nombre d'usagers disparates et dispersés, voilà le véritable défi.

Ailleurs, l'eau n'est pas accessible faute d'équipements appropriés pour l'extraire, la stocker et la distribuer. Ici le problème est d'ordre économique plutôt qu'une question de disponibilité. Il s'agit dans ce cas d'investir dans des ouvrages appropriés. Encore ailleurs, c'est l'abondance des ressources en eau qui peut être à l'origine de risques d'un autre type, tel que la contamination naturelle de la nappe phréatique par le fluorure ou l'arsenic, ou la pollution des eaux de surface ou souterraines suite à l'élimination inadéquate de déchets humains ou industriels. Les inondations peuvent également causer de gros dégâts aux ouvrages d'eau et d'assainissement, qui viennent s'ajouter aux maladies, à la détresse et aux coûts entraînés par de telles catastrophes.

L'échelle est un aspect critique par rapport aux enjeux de la gestion des ressources en eau. Dans certaines grandes villes, les consommateurs et les pollueurs sont puissants et peuvent influencer des ressources se trouvant à des distances très éloignées. En milieu rural, les systèmes d'eau ou les agriculteurs individuels n'ont guère d'impact à eux seul, mais s'ils sont réunis, ils représentent une forte consommation. Comment gérer l'approvisionnement en eau du grand nombre d'usagers disparates et dispersés, voilà le véritable défi.

IRC a mis au point des outils et des approches de gestion des ressources en eau appropriés aux lieux et aux circonstances où nous travaillons. Nos méthodes sont particulièrement adaptées aux situations où les capacités institutionnelles de planification et de régulation sont limitées. Nous encourageons les systèmes d'eau à usages multiples pour répondre aux différents besoins des ménages et des communautés. Nos approches pratiques relient les besoins en eau domestiques, agricoles, de production à petite échelle, etc. Nous avons contribué à la mise au point et à la mise à l'essai de nouvelles technologies de captage ou de réutilisation d'eaux souterraines peu profondes. Et nous sommes en train d'étudier des méthodes innovantes d'élimination des déchets, dont la possibilité de traiter et de valoriser les boues résiduelles plutôt que de les dépoter.

Gérer les ressources en eau signifie gérer l'avenir, s'assurer que les demandes en eau futures seront satisfaites. Mais l'avenir est incertain, et le changement climatique est un facteur de plus qui va impacter la gestion des ressources en eau au cours des prochaines décennies. Nous nous sommes spécialisés entre autres dans la planification basée sur des scénarios que nous avons appliquée pour renforcer l'approvisionnement en eau et l'assainissement dans des programmes d'adaptation au changement climatique.

Plus sur Sécurité de l'eau