Skip to main content

« Qu’ils y construisent la Tour Eiffel et qu’ils aillent au diable ! »

Publié le: 26/07/2012

Réputée très polluée, les boutiques, les habitations et les hangars environnant la lagune de Cotonou ont été rasés en mai 2012 par le gouvernement. Une opération courageuse, une sorte d’année zéro de l’hygiène et l’assainissement à la berge lagunaire.Par le passé, la berge était très polluée par les déchets du marché et une odeur repoussante alerte à l’approche. Les poissons dans l’eau, les populations environnantes, l’environnement : tout en prenait un coup. Maintenant, et sous le coup des machines du génie militaire, la berge a fait peau neuve. Les habitations ont été détruites et les occupant obligés à se reloger ailleurs. Même si l’odeur prendra du temps à s’en aller, même si les infrastructures sanitaires promises par le gouvernement prendront du temps pour venir, l’espoir que l’hygiène reprenne ses droits renaît.

 Marché au bord de la lagune de Cotonou. Photo (Pacôme Tomètissi)

Le Soleil de 14 h est très brulant ce 9 mai 2012. Assise sur le tas de bois issu de son hangar détruis, Ablawa regarde vaguement la lagune. Sous une pluie de sueurs, sa tenue traditionnelle Bomba lui colle presque à la peau. Elle constate à peine que sa grosse coiffure style yoruba est tombée au sol au creux des sillons laissés par les bulldozers du génie militaire commis par le gouvernement qui viennent de détruire plus d’une dizaine de milliers de boutiques ici à Dédokpo ainsi qu’à Xlacodji, Gbogbanou et Abokicodji.

Abawa est une commerçante d’une quarantaine d’années. Elle est désemparée. Elle pense à ses deux enfants et à son stock de plastiques qu’elle doit encore couler. Elle voit l’avenir en noir et l’humour pour le dire lui vient aisément. « Sans nous trouver une solution de rechange, le gouvernement a mis un terme à nos activités, notre unique gagne pain. Nous le trouvons très gentil ! La prospérité partagée prônée par le chef de l’Etat trouve ici tout son sens ! Qu’il nous impressionne ce gouvernement ! »

Plusieurs milliers de gens ont vu leurs boutiques détruites. Selon le ministre de l’environnement Blaise Ahanhanzo Glèlè, dans cet espace lagunaire, les populations vivent sur les tas d’ordures polluent la lagune et ignorent les règles élémentaires d’hygiène. La berge lagunaire était réputée pour sa pollution. Des tas d’ordures entouraient et inondaient l’eau chaque jour, ce qui n’encourage pas la survie de la biodiversité. Une odeur nauséabonde vous envahi quand vous approchez la lagune à Xlacodji, Gbogbanou, Dédokpo et Abokicodji.Mais avec cette opération, l’espoir une berge propre naît.

Plusieurs mois après la démolition des habitations, les coups de gueule continuent et les anciens usagers de ces marchés sont toujours presque désœuvrés. Ablawa aide une tante au marché Dantokpa et essaie d’écouler sa marchandise stockée depuis les démolitions. La haine qu’elle avait pour les dirigeants au moment de l’opération en mai est intacte. « Le gouvernement dit qu’ils va construire des bâtiments plus salubres. Eh bien qu’ils y construisent la Tour Eiffel et qu’ils aillent au diable ! »

Selon le gouvernement, les populations ont été dédommagées et devraient quitter les lieux depuis 1981.

Par : Pacôme Tomètissi

Histoire envoyé pour la 3eme édition du concours

Exonération de responsabilité

At IRC we have strong opinions and we value honest and frank discussion, so you won't be surprised to hear that not all the opinions on this site represent our official policy.