Skip to main content

IRC Burkina : Où sommes-nous dans l'exécution de notre plan stratégique 2017-2021 ?

Publié le: 27/05/2019

Ceci est une brève présentation du cadre stratégique d'IRC Burkina 2017-2021, des progrès réalisés à la fin de l'année 2018 et des perspectives pour l'année 2019

Des femmes vulnérables privées d’accès à l’eau par l’insuffisance des investissements et la défaillance du modèle de fourniture des services. Dessin : Damien Glez © IRC.

Des femmes vulnérables privées d'accès à l'eau par l'insuffisance des investissements et la défaillance du modèle de fourniture des services. Dessin : Damien Glez ©IRC.

Les opérations actuelles d'IRC s'inscrivent dans le cadre du plan stratégique de l'organisation pour la période 2017 à 2021. Pour le Burkina Faso, il est attendu qu'à l'horizon 2021, le secteur de l'eau ait mis en place les fondations institutionnelles et organisationnelles du système sectoriel pour la réussite des ODD 6.1 et 6.2. Ces fondations doivent être en place autant au niveau central, qu'au niveau de la commune de Banfora, est le partenaire privilégié d'IRC pour expérimenter la réalisation des ODD 6.1 et 6.2. Ce choix s'est imposé à l'issue du diagnostic stratégique qui établit que les systèmes institutionnels et organisationnels du secteur en 2017 ne permettront pas au pays de réaliser les ODD relatifs à l'eau potable et à l'assainissement.

Pour contribuer à la mise en place de ces fondations, IRC apporte son assistance technique et financière au Ministère de l'Eau et de l'Assainissement et à la Mairie de Banfora. Cette assistance technique cible la programmation, la planification, le financement des investissements et de l'exploitation, le suivi-évaluation, les modèles de fourniture de services, la gestion du patrimoine et la gestion des connaissances. En parallèle, IRC appuie les OSC et les médias nationaux à renforcer la responsabilité citoyenne et le contrôle citoyen de l'action publique en matière d'eau potable et d'assainissement. Les résultats combinés de ces deux processus permettront aux autorités publiques et aux citoyens d'animer activement la redevabilité des progrès du secteur avec des responsabilités mutuelles mieux assumées.

Itinéraire des progrès au niveau central

A la fin de l'année 2018, le système sectoriel de l'eau au Burkina Faso se caractérisait au niveau central par un engagement présidentiel maintenu (engagement pris depuis 2016 pour réaliser l'objectif « zéro corvée d'eau et un cadre de vie » à l'horizon 2020), l'existence de programmes nationaux budgétisés pour les ODD6.1 et 6.2, le démarrage du processus de révision de la stratégie nationale de gestion de l'AEP en milieu urbain en vue d'améliorer la qualité du service. Néanmoins, le secteur reste caractérisé par le déficit de financement des investissements (à peine un tiers des besoins des programmes sectoriels sont financés) et même une réduction de la contribution des fonds propres de l'Etat au budget annuel du Ministère de l'Eau et de l'Assainissement, au regard des urgences sécuritaires nationales. On observe également que le secteur utilise toujours comme principal indicateur de performance, les taux d'accès hérités des OMD en dépit de l'adoption des ODD. Il convient néanmoins de signaler que le chantier de révision des normes, critères et indicateurs est engagé et très avancé. Ce chantier devrait permettre l'alignement des indicateurs sur le JMP afin de favoriser l'orientation des investissements du pays pour l'atteinte des ODD6.1 et 6.2. On note enfin la structuration accrue des OSC et des médias à travers l'alliance FAS'EAU qui permet aux citoyens de coordonner leurs ressources et leurs actions pour renforcer le contrôle citoyen de l'action publique et la responsabilité citoyenne grâce à l'opérationnalisation de l'approche fondée sur les droits humains. Cette structuration se constate par la mise en œuvre d'un plan d'action annuel conjoint et l'émergence progressive d'initiatives d'interpellation citoyenne à travers le pays et de débats constructifs sur les défis de l'ODD6 entre les citoyens et les autorités.

Le schéma ci-dessous récapitule la trajectoire des progrès au niveau national de 2017 à 2018 ainsi que les perspectives pour 2019. Ainsi, en plus du maintien des acquis de 2018, il est attendu qu'à la fin de l'année 2019, le Ministère de l'Eau et de l'Assainissement ait défini les orientations stratégiques pour la réforme organisationnelle du secteur pour mieux faire face aux défis importants des ODD6.1 et 6.2. En effet, la nécessité de cette réforme est inscrite dans le programme gouvernance du secteur de l'eau et de l'assainissement, adopté par le Ministère dans le cadre des ODD. Il est également attendu que le ministère ait adopté et démarré la mise en œuvre d'une nouvelle stratégie de gestion du service public d'eau potable en milieu rural et semi-urbain en s'appuyant sur des forces et faiblesses du modèle en vigueur et en tenant compte des ambitions des ODD6.1 et 6.2 qui sont d'assurer des services gérés en toute sécurité. Il est enfin attendu qu'à la fin de l'année 2019, les normes, critères et indicateurs du secteur aient été révisés pour s'aligner sur la méthodologie du JMP afin de favoriser l'orientation des actions pour l'atteinte des ODD6.1 et 6.2.

Itinéraire des progrès à Banfora

A la fin de l'année 2018, le système sectoriel de l'eau à Banfora se caractérisait par le lancement du plan stratégique communal des services publics d'eau potable et d'assainissement à l'horizon 2030. En effet, le plan élaboré avec l'assistance technique d'IRC a été officiellement lancé par la Mairie à l'issue d'une large mobilisation des forces vives locales (leaders économiques, culturels, coutumiers, sociaux, religieux), des autorités gouvernementales et parlementaires nationales et des partenaires techniques et financiers internationaux basés au Burkina Faso. Cette dynamique a permis au Maire et à son équipe exécutive d'avoir une large adhésion de tous les acteurs stratégiques pour la mise en œuvre réussie du plan stratégique, avec des engagements concrets de financement du plan d'action à l'horizon 2020. Le lancement du plan marque aussi un tournant décisif dans le leadership de l'eau potable et de l'assainissement par les responsables de la Mairie de Banfora (élus et techniciens) qui ont été félicités par les premières autorités gouvernementales pour leurs efforts remarquables.

En dépit de ces avancées importantes, les modèles de fourniture des services d'eau potable et d'assainissement à Banfora restent globalement défaillants pour assurer des services gérés en toute sécurité conformément à l'ambition inscrite dans le plan stratégique. De même, les interventions des différents acteurs locaux et extérieurs pour l'eau potable et l'assainissement ne sont ni coordonnées ni clairement alignées avec les prescriptions du plan stratégique.

Le schéma ci-dessous récapitule la trajectoire des progrès au niveau de la commune de Banfora de 2017 à 2018 ainsi que les perspectives pour 2019. Ainsi, en plus du maintien des acquis de 2018, il est attendu qu'à la fin de l'année 2019, la Mairie de Banfora coordonne et supervise toutes interventions en matière d'eau potable et d'assainissement afin d'améliorer leur alignement avec le plan stratégique, les synergies et les complémentarités. La coordination et la supervision nécessitent la mise en œuvre de mécanismes de formalisation des relations entre les intervenants et la Mairie, la définition de règles à respecter par les intervenants et l'animation de mécanismes de dialogue et de redevabilité entre les partenaires et la Mairie. Il est également attendu que la mairie ait démarré la mise en œuvre du plan de restructuration et de renforcement organisationnel du service technique eau et assainissement en vue d'un meilleur portage opérationnel de la mise en œuvre du plan stratégique. Il est aussi attendu qu'à la fin de l'année 2019, la mairie ait défini en collaboration avec l'ONEA et les acteurs techniques importants, un nouveau modèle d'exploitation de l'eau potable en milieu rural assorti d'un plan de déploiement. Ce modèle doit traduire les ambitions de la Mairie d'assurer des services gérés en toute sécurité sur tout le territoire. La Mairie doit également poursuivre les efforts de mobilisation des ressources pour le financement du plan stratégique. Ces efforts seront évalués à travers un rapport présentant la situation du financement du plan et le gap qui reste à combler à l'horizon 2020. Enfin, la Mairie doit avoir établi un plan de gestion du patrimoine d'AEP dont la responsabilité sera portée par le service technique eau et assainissement.

Exonération de responsabilité

At IRC we have strong opinions and we value honest and frank discussion, so you won't be surprised to hear that not all the opinions on this site represent our official policy.