Skip to main content

Cameroun : l’urgence d’une coordination d’actions

Publié le: 03/02/2012

Plusieurs structures existent au Cameroun capables d’implémenter des plans d’actions efficaces pour l’assainissement et l’accès pour tous à l’eau potable. Seulement, l’incoordination reste l’un des nœuds à dénouer dans l’urgence. En 2009, La coalition WASH est née d’une initiative du …

Plusieurs structures existent au Cameroun capables d’implémenter des plans d’actions efficaces pour l’assainissement et l’accès pour tous à l’eau potable. Seulement, l’incoordination reste l’un des nœuds à dénouer dans l’urgence.

En 2009, La coalition WASH est née d’une initiative du ministère de l’Énergie et de l’eau et certains des principaux organismes du secteur pour améliorer la coordination entre les sept (07) Ministères concernés par la question.Cette coalition WASH Cameroun qui s’active à relever les principaux défis de financement et de collaboration dans le secteur, s’appuie entre autres sur ses partenaires de choix: le Ministère de L’Eau et de l’Energie, Le Ministère de la Santé, le Ministère de l’Education de base, le CREPA aujourd’hui EAA, l’UNICEF, la Banque Mondiale, Plan Cameroun, l’OMS, de l’eau de l’Agence allemande pour le développement technique (GTZ), des membres du WSSCC.

En 2010, un nouveau coordinateur national pour le Cameroun est nommé. Les taches prioritaires sont la mise sur pieds des antennes décentralisées WASH, et la poursuite d’un Plan stratégique établis sur la vision 2010-2014. Au niveau ministériel, des cadres au Service de la Communication du MINEE, se dévouent également à l’information des journalistes sur l’enjeu de l’assainissement et de l’eau. En 2011, le réseau camerounais des journalistes voit le jour suite à l’approbation de son admission au sein du réseau ouest africains des journalistes spécialisés aux questions d’accès a l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement.

Tant d’initiatives louables qui peinent encore à porter du fruit. Au nombre des difficultés rencontrées, se trouvent le manque de coordination, la non compréhension de la dimension associative de l’initiative. Conséquences : non seulement récurrence des problèmes mais aussi une persistance de la situation sur le terrain. Un aperçu des statistiques relèvent des avancées médiocres au niveau de l’accès à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement au Cameroun.

Parmi les approches de solutions évoquées, une plus large communication sur les actions à mener dans le cadre de ces initiatives et mieux encore, le lancement d’une initiative conjointe et collaborative. La note conceptuelle de cette initiative prendrait corps à la faveur du lancement officiel du réseau des journalistes du Cameroun.

Par : Eddy Patrick DONKENG