Skip to main content

CARE et IRC organisent un atelier sur genre et pérennité des services d’eau potable

Publié le: 05/11/2014

Le 14 et 15 Octobre 2014, CARE International et IRC Burkina Faso ont organisé à Dori, un atelier sur le genre et la participation des femmes dans la fourniture des services d'eau. Cet atelier entre dans le cadre du programme de l'USAID pour l'amélioration de l'approvisionnement en eau potable et assainissement en Afrique de l'Ouest : WA-WASH. L'atelier a porté sur la participation des femmes dans la fourniture et la gestion des points d'eau comme une solution pour assurer la durabilité des services d'eau tout au long de Burkina Faso.

Dans la société essentiellement rurale du Burkina Faso, les femmes portent souvent la seule responsabilité de trouver et de chercher de l'eau pour leurs familles. Bien que l'eau soit clairement un sujet fortement sexiste au Burkina Faso, les femmes dans les zones rurales sont rarement consultées sur les décisions concernant des questions comme la localisation de nouvelles pompes manuelles ou l'accessibilité des services. Cependant, non seulement peut accéder à l'eau faire beaucoup pour le bien-être des femmes, il est important de réaliser que les femmes peuvent faire beaucoup pour la durabilité des services d'eau trop. En effet, une étude réalisée par la Banque mondiale et IRC révèle que les projets d'approvisionnement en eau et d'assainissement conçus et exécutés avec la pleine participation des femmes sont plus durables et plus efficaces que ceux qui ne le sont pas. Pourtant, une étude encore plus récente menée par CARE International, avec le soutien de l'IRC, a démontré que les rôles et représentations liés au genre persistent et constituent un obstacle majeur à la participation des femmes dans la région du Sahel au Burkina Faso.

Les projets d'approvisionnement en eau et d'assainissement conçus et exécutés avec la pleine participation des femmes sont plus durables et plus efficaces que ceux qui ne le sont pas.

Afin de répondre à cette question, un atelier de deux jours a été organisé conjointement par CARE et IRC le 14 et 15 Octobre à Dori, dans la capitale de la région administrative du Sahel Burkina Faso. L'atelier visait à présenter et ouvrir le dialogue sur les résultats de l'étude, qui a examiné l'autonomisation et la contribution des femmes à la durabilité des services AEPHA. Elle a été réalisée dans 18 communautés à travers le Burkina Faso et le Ghana. Quatre de ces communautés sont situées dans le sahel burkinabé, précisément dans les communes de Gorgadji et Arbinda. Ces deux communes bénéficient de l'assistance technique d'IRC pour développer et améliorer la mise en de modèles de gestion pérennes des services d'eau potable, dans le cadre du programme WA-WASH.

Les résultats représentent une photographie claire de la situation actuelle de la gestion locale des services ainsi que les représentations liées au genre qui existent dans les domaines de l'approvisionnement en eau, de l'utilisation et du paiement. Globalement, l'étude montre comment les structures du genre en cours dans la société sont un obstacle majeur à la durabilité des interventions et des services de l'eau et appelle donc à un environnement qui permet une plus grande participation des femmes. Cependant, même là où les femmes occupent des postes de prise de décision, tels que par l'appartenance à des associations d'usagers de l'eau, l'étude a démontré que la plupart des femmes font face à des résistances qui les empêche de participer et d'exprimer leurs opinions. Le principal obstacle que rencontrent les femmes est le choc entre leur position de leader et leur rôle traditionnel dans une société dominée par les hommes, où les femmes ne sont pas toujours considérés comme susceptibles d'influencer ou de prendre des décisions, ni au niveau des ménages, ni sur le plan social.

Plusieurs catégories d'acteurs locaux hommes et femmes ont pris part aux échanges. L'assemblée était composée des maires des deux municipalités, des représentants des conseils municipaux d'eau et d'assainissement (CCEA), des techniciens communaux appuyés par IRC et des membres de l'association d'usagers de l'eau (AUE).

Tout au long de l'atelier, il a été mis en évidence les avantages que la participation des femmes à la prise de décision et à la gestion des services apportera à la société entière, couvrant les aspects de la santé, de l'égalité des sexes et de la réduction de la pauvreté. Suffisamment de temps pour la discussion et le travail de groupe a été fourni lors de l'atelier au cours duquel les participants ont réfléchi sur les mesures qui permettront aux femmes de contribuer au processus de prise de décision et la gestion des services d'eau. Un accent particulier a été mis sur le rôle des femmes dans les associations d'usagers de l'eau. Les problèmes actuels auxquels sont confrontés les membres féminins des AUE ainsi que des propositions pour d'actions spécifiques qui pour les résoudre et assurer du même coup une amélioration de la durabilité des services d'eau ont été abordés.

Les présentations power point présentées lors de l'atelier sont à télécharger ici. Nous joindrons dès que possible le rapport final de l'atelier.

Documents à télécharger