Skip to main content

Des Pays-Bas au Ghana : l'histoire d'un roi

Publié le: 07/06/2011

« Chaque année,  je sélectionne quatre ou cinq villages et demande aux habitants ce dont ils ont vraiment besoin. Je ne leur impose rien. Certains des 210 villages demandent des toilettes, d'autres demandent qui un dispensaire, qui une école ou des installations d'eau. Nous essayons de trouver un moyen de transformer leurs souhaits en réalité. »

« Chaque année,  je sélectionne quatre ou cinq villages et demande aux habitants ce dont ils ont vraiment besoin. Je ne leur impose rien. Certains des 210 villages demandent des toilettes, d'autres demandent qui un dispensaire, qui une école ou des installations d'eau. Nous essayons de trouver un moyen de transformer leurs souhaits en réalité. »
 
 Ces mots ne sont pas ceux d'un planificateur de district ou d’une ONG traditionnelle. Notre orateur est le roi Safrotwe Kakradae IV du Ghana.
 
Lorsque Safrotwe Kakradae IV a été couronné en 2007 devenant ainsi le chef du clan Aduana-Abrade, originaire du district Sud d’Akwapim au Ghana [i]  (Aduanahene & Kingmaker), il vivait et travaillait aux Pays-Bas depuis plus de dix ans. Il a étudié à la TU Delft, avant de suivre un cursus de gestion stratégique à Amsterdam, et donc de devenir monarque.

« Ma famille ne m'aurait pas pardonné si je n'avais pas accepté d’assurer ce rôle. D'ailleurs, je considérais cela comme une importante mission personnelle que d’aider à créer une vie meilleure et durable pour mon peuple. De cette façon, nous pourrons aussi contribuer activement à améliorer le monde ». Et il ajoute : « Je savais que l'expérience accumulée depuis les années aux Pays-Bas où j'ai travaillé comme consultant en gestion stratégique et de performance serait utile. »

Toitures qui fuient et eau de pluie 

« Je suis fier d'avoir déjà atteint certains objectifs de la Fondation », précise mon monarque. « Nous avons construit une nouvelle école primaire à Coaltar, un dispensaire à Adamrobe, des toilettes pour un village à Edipa,  ainsi qu'une école de formation professionnelle. » Avec l’appui de la Fondation du Ghana, la Fondation Kofi Annan et des ressources personnelles, Safrotwe Kakradae IV a soutenu la construction de cette école de formation professionnelle pour l'agriculture, la restauration, la coiffure, la couture, la mécanique automobile, la menuiserie, la peinture, la construction de bâtiments, l'économie et les études en TIC à Edipa. Les premiers étudiants y ont été admis le 1er avril 2011.

(https://picasaweb.google.com/112892832579 )
 
Le projet d’école valorise au mieux les eaux de pluie. « Au cours des projets,  nous avons construit un réservoir d'eau pour stocker les eaux de pluie qui servent maintenant à la chasse des toilettes. L'eau de pluie a servi également à la construction des ouvrages restants. Nous avons l'intention de construire une piscine, une auberge, une cuisine et un terrain de football pour l'école et notre source d'eau sera de nouveau l'eau de pluie » précise le roi. Safrotwe Kakradae IV espère que les frais de scolarité génèrent couvrent l’achèvement du projet, mais il est aussi à la recherche de nouveaux parrainages.
 
La Fondation du Ghana a reconstruit l'école primaire de Coaltar.  »Lorsqu’il pleuvait, l'eau pénètrait dans les salles de classe. C'était vraiment triste à voir. Je me suis rendu compte qu’un nouveau bâtiment scolaire devait être construit pour les enfants. Dieu Merci, cela a été réalisé.

 Le projet d'école a débuté en septembre 2010 et, en décembre 2010, les principales classes étaient achevées. Avec plus de classes, l'école a été en mesure d'admettre plus d'élèves. « Nous avons recruté un nouvel enseignant pour faire face à la croissance des effectifs. Les enseignants sont payés grâce aux contributions, modestes, des parents ».

 
 

A gauche, un aperçu des enfants dans leur ancienne classe avec letoit qui fuit. Une meilleure école (à droite) depuis décembre 2010.
 

Vous verrez plus de photos à l’adresse : https://picasaweb.google.com/112892832579604035590/SchoolProject_Ghana_2011?feat=directlink

Appuyer les villages pour devenir des villages libérés de la défécation en plein air

A Edipa, les gens se plaignaient du fait que ce n’est pas sécurisant d'entrer dans la brousse pour déféquer la nuit, surtout pour les femmes.  « Nous avons construit des toilettes et mis en œuvre des politiques régissant l'utilisation des toilettes. Quand quelqu'un est pris en train de déféquer dans les buissons, une amende lui est infligée. Cela a été décidé lors d'une réunion avec la communauté. Maintenant, le village ne subit plus la défécation en plein air. » Une personne du village reçoit un salaire mensuel pour nettoyer les toilettes et s'assurer que les gens continuent de les garder propres et tirent la chasse pour les rincer après usage.  http://www.youtube.com/watch?v=_LkRdxq8wmM
 
En juin 2010,  le roi a lancé le projet « Royal Black Queens » qui a fourni à ce jour des microcrédits à 420 femmes pour démarrer des commerces au marché. Cela a amélioré le niveau de vie de leurs familles. Les femmes sont en mesure de payer les frais de scolarité, les soins de santé et fournir  une alimentation plus saine à leurs enfants. Le microcrédit n'abolit pas la pauvreté, mais il aide les parents à créer un meilleur avenir pour leurs enfants. Une formation libre a été offerte aux femmes dans les connaissances de base en informatique. A partir d'avril 2011, elles seront également en mesure d'apprendre à lire et à écrire. En ce moment, il ya environ 1 500 femmes sur la liste d'attente qui espèrent obtenir un microcrédit. Tous les investisseurs qui placent leur argent dans le microcrédit reçoivent 5 % d’intérêt par an. Voir www.royalblackqueens.com

La Fondation prévoit de travailler au jumelage d'établissements scolaires entre le Ghana et les Pays-Bas. Vous pouvez en lire à ce sujet sur le site Web de la Fondation au http:www.kinginghana.nl/  

Leçons royales

« Je conseille aux personnes qui s’intéressent au démarrage de projets au Ghana d'associer les bonnes personnes. Par exemple, il est très important de savoir à qui appartient la terre sur laquelle vous envisagez construire ou vous pourriez vous retrouver impliqués dans des problèmes juridiques », explique Safrotwe Kakradae IV. Il dit aussi : « J'ai appris qu'il est essentiel de trouver un bon entrepreneur ou bien vous passerez trop de temps pour la coordination. Le travail communautaire est moins cher, mais il vous faut trouver quelqu'un qui prenne la responsabilité de telle sorte que vous obteniez ce que vous avez prévu. »
 
Définition d'une tendance royale ?

Il est évident que les expériences passées du monarque aux Pays-Bas et ses liens de famille continueront à renforcer le pont entre les institutions des Pays-Bas et les projets au Ghana. Il appartient maintenant à la Fondation, aux communautés et aux promoteurs de veiller à ce que les installations et les résultats positifs durent.
 Vidéo de corvée d’eau à Coaltar : http://www.youtube.com/watch?v=8j2s0s-GD9o

Par Caridad Machín Camacho de l’IRC, qui a interviewé le roi tout en documentant les progrès réalisés dans certains des villages pendant deux jours en mars 2011.

[i] L’espace "King Safro" est situé dans la région de l'Est, à 25 km d'Accra, la capitale du Ghana. Il compte 1 200 000 habitants dans environ 210 villages.