Skip to main content

L’IRC inaugure sa représentation au Burkina

Publié le: 20/09/2012

  Après 20 ans d’intervention au Burkina Faso à travers ses partenaires- Eau-Vive, Wateraid, EAA (ex CREPA)- l’IRC, le Centre International de l’Eau et de l’Assainissement, a inauguré le lundi 17 septembre 2012, à Ouagadougou, sa représentation nationale. A la suite du Ghana,  le Burkina Faso est le second pays en Afrique, à accueillir une représentation [...]

Après 20 ans d’intervention au Burkina Faso à travers ses partenaires- Eau-Vive, Wateraid, EAA (ex CREPA)- l’IRC, le Centre International de l’Eau et de l’Assainissement, a inauguré le lundi 17 septembre 2012, à Ouagadougou, sa représentation nationale. A la suite du Ghana,  le Burkina Faso est le second pays en Afrique, à accueillir une représentation de l’IRC. La cérémonie d’ouverture a été parrainée par Sabné Koanda, conseiller technique du ministre de l’Agriculture et de l’Hydraulique. Elle a également servi de cadre de signature d’un accord de partenariat entre l’IRC et la Direction Générale des Ressources en Eaux.

151.jpg?w=300&h=183

Nico Terra Directeur d’IRC (à gauche) et Sabné Koanda, lors de la coupure symbolique du ruban

Décentraliser  pour améliorer davantage d’efficacité. Tel est l’objectif de l’ouverture d’une représentation nationale d’IRC au Burkina.    « L’objectif de la décentralisation est de s’appuyer sur un personnel local pour atteindre les objectifs sectoriels au Burkina Faso », confie, Nico Terra, Directeur d’IRC. Elle s’inscrit dans la droite ligne dans la nouvelle politique adoptée par l’ONG néerlandaise. L’Afrique de l’ouest n’est pas la seule région intéressée par le processus de décentralisation. Tous les pays focaux d’IRC devraient à terme avoir une représentation. « L’ouverture de nos bureaux ici au Burkina Faso ainsi qu’au Ghana fait partie de notre programme ambitieux de décentralisation et nous sommes en train d’explorer activement des opportunités pour une présence à longue terme en Ouganda, Éthiopie ainsi qu’au Mozambique.  Le programme Afrique de l’IRC est au centre de notre vision d’un monde où chaque citoyen a accès à des services d’approvisionnement en eau potable, d’hygiène et d’assainissement durables », s’enthousiasme le Directeur.

Pour le Burkina Faso, l’ouverture d’une représentation pourrait s’avérer décisif pour les changements qualitatifs dans le secteur Eau, Hygiène et Assainissement. L’IRC étant  reconnu comme une référence en matière de production, de partage, de promotion et l’utilisation des connaissances pour améliorer durablement l’accès à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement.  « Votre participation au dialogue sectoriel, avec vos innovations sont vivement attendues pour améliorer l’efficacité et la durabilité de nos services d’eau et d’assainissement en milieu rural et semi-urbain. Vos appuis aux renforcements des capacités de tous les acteurs consolideront sans nul doute les efforts déjà engagés pour une meilleure gouvernance du secteur », déclare, Sabné Koanda, parrain de la cérémonie.

D’ici 2016, l’IRC mettra en oeuvre 4 grands programmes. Le premier WAshcost,   a pour objectif de quantifier les coûts à long terme des services d’approvisionnement en eau potable, d’hygiène et d’assainissement  en milieux rural et péri-urbain. le deuxième WashTech est un projet de recherche-action qui vise à renforcer la capacité des acteurs du secteur AEPHA à investir efficacement dans les technologies. Le troisième SaniFaso est un projet d’amélioration de l’accès des populations à l’assainissement dans 5 régions du Burkina. WAWASH, le dernier,  est le programme  de l’USAid en Afrique de l’Ouest. Au sein de ce programme, IRC développe l’initiative met en œuvre le projet Triple-S. Cette initiative vise à améliorer la durabilité des services d’eau potable en milieu rural et, au Burkina Faso, en milieu péri-urbain.