Skip to main content

La pénurie de l’eau peut contribuer à l’instabilité politique en Afrique sub-saharienne

Publié le: 04/05/2012

Le problème de pénurie d’eau qui s’aggrave peut contribuer à l’instabilité politique en Afrique sub-saharienne, a déclaré John Kufuor, chef d’une initiative affiliée à la Banque Mondiale pour améliorer les conditions de vie des pays pauvres. “En situation de pénurie, …

Le problème de pénurie d’eau qui s’aggrave peut contribuer à l’instabilité politique en Afrique sub-saharienne, a déclaré John Kufuor, chef d’une initiative affiliée à la Banque Mondiale pour améliorer les conditions de vie des pays pauvres. “En situation de pénurie, les gens migrent pour trouver de l’eau n’importe où ” a recemment déclaré Kufuor, ancien président du Ghana qui dirige maintenant le “Sanitation and Water for All partnership”, lors d’une interview à Washington. “Les gens ont fait la guerre pour avoir de l’eau” a-t-il dit.

L’organisation regroupe plus de 30 pays développés, les Nations Unies et la Fondation Bill et Melinda Gates. La concurence pour l’eau dans la prochaine décennie va alimenter l’instabilité dans différentes parties de l’Afrique, le sud de l’Asie et le Moyen-Orient qui sont des points importants pour la sécurité nationale des Etats Unis, selon un rapport du renseignement américain publié le mois dernier.

Les Nations seront plus susceptibles d’utiliser l’eau comme une monnaie d’échange dans les négociations internationales, d’après le rapport. Kufuor, 73 ans, a reçu le “World Food Prize” en 2011 pour ses travaux pour soulager la faim au Ghana, le pays de l’Afrique de l’Ouest qu’il a dirigé de 2001 à 2009.

L’approvisionnement en eau et les conditions sanitaires peuvent être plus importantes que la sécurité alimentaire dans les pays les plus pauvres en partie pour les risques de santé publique que cela pose en zone urbaine en extansion, a-t-il ajouté. Le “Sanitation and Water for All partnership” se rencontre à la Banque Mondiale tous les deux ans.

Visitez le site web du SEMIDE pour en savoir plus.

Contact :Jon Morgan & Alan Bjerga, à Washington.