Skip to main content

Le MEAHA et l’IRC signent une convention de collaboration pour assurer des services AEPHA pérennes à tous à l’horizon 2013

Publié le: 02/10/2013

Désireux de conjuguer leurs efforts à fin que chaque Burkinabè puisse avoir accès à des services pérennes d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement d’ici 2030, le Ministère de l’Eau, des Aménagements Hydrauliques et de l’Assainissement (MEAAHA) et le Centre International de l’Eau (IRC) ont signé une convention de collaboration, le mardi 1er octobre 2013.

« Chaque personne vivant au Burkina Faso doit jouir de ses droits humains fondamentaux que sont l’accès à l’eau potable, le droit à l’hygiène et à l’assainissement de façon pérenne au plus tard en 2030 » ! C’est avec cette vision que le MEAHA et l’IRC ont paraphé la convention de collaboration qui les lie désormais. Le but de la convention est de transformer en réalité l’objectif de fournir des services universels d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement d’ici 2030. Pour ce faire, l’IRC s’engage à apporter son expertise et sa longue expérience au Ministère à travers une assistance technique à tous les niveaux (communal, régional et national).

Préparer l’après-OMD

En 2015, les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) arriveront à échéance. Dans le secteur de l’eau et de l’assainissement, les OMD visaient à « réduire de moitié la proportion de personnes n’ayant pas accès à des services d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement (AEPHA) ». Malgré les efforts tous les acteurs, tout porte à croire que le Burkina Faso n’atteindra pas les OMD dans tous les domaines, à en croire les chiffres officiels. Pourtant, toutes les politiques sectorielles étaient formulées en ce sens étaient focalisées sur l’atteinte des OMD. A plus d’un an de l’échéance, il est impératif que le pays réfléchisse déjà l’après-2015. L’assistance qu’apportera l’IRC se déploiera principalement dans la formulation des politiques post-OMD. Elle concernera par ailleurs les aspects suivants :

-      La formulation des politiques et leur mise en œuvre à travers des plans stratégiques ou programmes nationaux ;

-      Le monitoring des politiques, plans stratégiques et programmes sectoriels, l’identification et la résolution des goulots d’étranglements à la pérennité des services d’AEPHA ;

-      La coordination et le pilotage du secteur à travers le renforcement des capacités et le dialogue sectoriel ;

-      La coopération régionale et internationale dans le domaine de l’eau et de l’assainissement.

Tous gagnants

La présente convention de collaboration est bénéfique pour les deux parties. Le MEAHA pourra compter sur l’assistance d’une ONG justifiant 45 ans d’expertise sur les problématiques liées à la bonne gestion des services d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement. « L’IRC est un centre de recherche qui développe des solutions innovantes pour améliorer les services AEPHA dans le monde et au Burkina. La signature de la convention est juste une formalisation de ce que faisait déjà l’IRC », affirme Mamounata Belem/Ouédraogo, Ministre de l’Eau, des Aménagements Hydrauliques et de l’Assainissement. « Nous profitons de cette cérémonie pour remercier tous les partenaires techniques et financiers qui nous accompagnent au quotidien pour améliorer la vie de nos population » a-t-elle poursuivi.

De son côté, l’IRC aura plus de légitimité et tout le soutien politique nécessaire pour mener à bien ses activités. « La convention de collaboration est très importante pour nous car sans légitimité les résultats de nos activités de recherche-action n’auront pas l’impact escompté pour impulser un changement efficient », avoue Juste Nansi, Directeur Pays d’IRC. « Nous expérimentons des solutions à de petites échelles. Nous attendons de l’Etat qu’il vulgarise ces solutions sur l’ensemble du territoire national », conclu-t-il. L’objectif de fournir des services AEPHA à tous d’ici 2030 passera forcément par de telles collaborations.

Par Nourou-Dhine Salouka